Si t'aimes, Tu clics !


dimanche 29 décembre 2013

Dan PETERSEN

Aujourd'hui, un attaquant. Comme on en fait plus. Danois, pataud et peu rapide, il se fait une petite renommée à Odense, en 14 matchs. Il plante la bagatelle de 2 buts (!!) Cela lui ouvre évidemment les portes des plus grands d’Europe, et il choisit alors l'Ajax. Il a 19 ans, et va passer les années 91' à 94' à jouer les bouche-trous Ajacide, en profitant pour rafler une coupe locale, un championnat et une coupe de l'UEFA. Qui disons le au passage était bien plus belle à l'époque que cette tout moisie d'Europa League sans saveur où les plus mauvais de la champion's se retrouvent pour jouer le 4eme du championnat Khazak.  Mais revenons-en à nos moutons. ou notre chèvre, plutôt. Car le Viking, qui aura joué 48 matchs et inscrit 4 patates pourries, signe à l'AS Monaco. Son agent était très performant. 3 ans, 54 matchs et 13 pions plus tard, il signe à Anderlecht, joue 2 ans, 19 matchs et claque 1 but. Il reviendra nous gâter en France, à Bastia, jusqu'en 2003, 32 matchs pour profiter du soleil Corse, et 4 caramels. Soit un ratio bien dégueulasse de 0.14 but par match pour une moyenne de 13 matchs par an. Du lourd. Dan Petersen ou comment palper sans savoir jouer.

Dan croyait faire du mannequinat.

 


jeudi 26 décembre 2013

Bernard TCHOUTANG

Aujourd'hui, c'est un ailier Camerounais qui fait son apparition. Formé au Tonnerre de Yaoundé, il va connaitre une carrière "de seconde zone", pour rester poli. Tout commence à 18 balais à Vanspor, Turquie. 3 ans, 78 matchs et 9 pions, c'est visiblement assez pour Roda JC, qui le signe 4 ans. 88 matchs et 14 patates plus tard, JC le refourgue au Metalurg Donetsk, où sa seule saison le verra claquer 3 noisettes en 17 matchs. On est en 2003, notre ami a 28 ans et encore 5 ans de carrière devant lui. Sauf que'il ne plantera plus un seul caramel de sa carrière. Triste. Tant pis pour Viborg, Donetsk, Pahang, Hapoel Peta ou encore Elbasani. Pour ne rien arranger, il est en cabane à Paname pour  une sombre affaire de braquage. Bernard Tchoutang même sur terre.

Col relevé, anneau à l'oreille, sourcils froncés.
Cet homme là est un rebelle.






Merci à Marcel pour ce phénomène !



mercredi 25 décembre 2013

Joyeux Noël !

Aujourd'hui les amis, c'est Noël !

Alors, ouvrez vos cadeaux, jouez à Football Manager, roulez-vous à poil dans la neige, mangez des chips au foie gras, buvez du champagne dans la baignoire et jetez un oeil aux photos du sondage "qui date de super longtemps mais que j'avais pas Internet pour publier"...


Et n'oubliez pas que si le Père Noël existe, le Père Fouettard n'est
jamais très loin...

lundi 23 décembre 2013

Ermin SILIJAK

Aujourd'hui, on se penche sur un Slovène. 15 ans de carrière, 7 championnats différents, 48 sélections. Joli. Un attaquant comme on en voit beaucoup. Une saison clinquante sur ses terres à 20 piges, et du moyennasse tout au long de sa carrière... Les Bastiais ont eu la chance de le voir jouer entre 96' et 98'. 25 matchs, 8 pralines. Puis des passages en Suisse, Suède, Grèce, Chine et Belgique. Chapeau. Fin du voyage en 2006, à Mouscron, entre frites et mayo. Silijak Ermin de rien.

Le Laudrup du pauvre.  

samedi 9 novembre 2013

John HARTSON

Aujourd'hui, un mec que j'ai cordialement détesté, qui jouait en attaque, en agissant en tant que bulldozer sur les défenses. Gallois, il a débuté à Luton Town, dans les  sous-sols Anglais, avant de débarquer à Arsenal en 95', un an avant l'arrivée de Tonton Arsène, qui ne l'aurait jamais recruté. Il dégage en 97', étant remplacer par un certain "Dennis the non flying Dutchman". Autant le dire, Arsenal remplace le boudin par le caviar. Notre bourrin rouquin se retrouve à West Ham, où il va dégommer son coéquipier Berkovic avec un coup de pied dans la tronche. Ce dernier confessera plus tard "si ma gueule était un ballon, elle aurait fini en pleine lucarne". Propre. Après deux ans d'a peu près, il file à Wimbledon, pas pour du tennis, mais bien pour tenter de claquer de la prune. Blessures, méformes, 2 ans pourrasses, et Coventry. 12 matchs, 6 pions, et bonjour le Celtic. 5 ans de rouquins, d'alcool, de jeux de fric, de violence, de tibias agressés, de pions, 146 matchs et 88 patates. Ses 3 dernières années entre WBA et Norwich seront anecdotiques. Pas même un genou disloqué sur une charge brutale... Aux dernières nouvelles, John Hartson avait chopé tumeur au cerveau et cancer aux testicules. Alors je vais éviter de le descendre une dernière fois.

Quelque part entre la peur et le dégoût.

Des News !

Salut tout le monde !!

Après avoir reçu des dizaines de milliers de messages (1, en fait), je me décide à vous écrire !

Je suis dans une période de boulot intense, mais surtout de déménagement. La connexion internet, c'est pas encore ça, et y'a un million de truc à gérer !

Bref, c'est compliqué.

Dès que tout cela sera stable, d'ici un mois je pense, je reprendrai régulièrement les papiers sur nos chères footeux.

En attendant, je vous en propose un petit :)

Merci de votre compréhension.

Je précise par ailleurs que je ne procéderai à aucun remboursement de quelque nature que ce soit. D'une part parce que c'est de la faute de Free, et d'autre part parce que c'est gratos :)



mardi 1 octobre 2013

Henrik NIELSEN

Aujourd'hui, un buteur à l'ancienne. Danois de son état, il passe comme tout joueur viking qui se respecte, dans un club de Copenhague. Le B93 lui permet donc de se montrer durant 2 ans, et, en 87, contre toute attente, le voilà qui s'engage à l'AEK Athènes. Une première saison clinquante à base de 21 pions, une seconde dégueue à base de blessures, et il file à Salonique. Une piètre saison plus tard, le voilà qui signe en Turquie, chez les Jaunes du Fener'. On est en 89, il joue mal, plante malgré tout 5 allumettes en 19 matchs et part se remettre en scelle à Copenhague. 2 matchs pourris plus tard, sans qu'on sache vraiment pourquoi, il s'engage à Lille, entre 90 et 92. 30 parties, 9 malheureux caramels, et c'est le game over. Son passage à Brondby est écourté car à 28 balais, le voilà contraint à l’arrêt total sur blessure. Henrik Nielsen -ario de merde.

Ce n'est pas une blague.

lundi 30 septembre 2013

Ouch, les temps sont durs !!

Fidèles lecteurs, amis de la déconnade, amateur de vieux roublards, ce petit message pour vous dire que c'est délicat en ce moment, j'organise mon déménagement et cela prend beaucoup de temps. Dès que le peu, je vous gâterai d'un coquin de joueur.

En attendant, n'hésitez pas à regarder des matchs de Montpellier pour vous endormir, de la Roma pour vous émerveiller, de ManU pour regretter, de l'OL pour ressasser et de Dortmund pour festoyer.

Mille pardons et bonne journée !!


mercredi 25 septembre 2013

Jordi LARDIN

Aujourd'hui, on se fait l'un des grand poto de Kiko. Ailier du début à la fin, à l'image d'un Sydney Govou, il débute pro à l'Espanyol en 92'. Il fera 163 matchs pour les looser des ramblas, scorant pas moins de 43 fois. De bien belles stats qui lui permettent de rejoindre, 5 ans après, l'Atletico madrid. Histoire de connaitre les 2 plus grandes villes du foot Espagnol à travers les clubs d'en bas. Il fera 3 saison  chez les matelassiers, n'atteindra jamais son lustre d'antan, sera prêté 2 saison, et se finira la queue basse à Leganes, en 2005, après malgré tout 3 capes avec l'Espagne looseuse de l'époque. Jordi Lardin sans avoir faim.

Le puzzle bonheur.
Avec poids et taille.









Merci à John pour l'idée ;)





mercredi 18 septembre 2013

David LINARES

Aujourd'hui, c'est un milieu Français qui s'affiche. Formé à Lyon, il joue pro pour l'OL entre 96' et 2002. Champion lors du 1er sacre des hommes de Jean Michel Aulas, il comprend qu'il ne connaîtra pas les années de gloires qui suivront. Car son niveau, quoique toujours passable, ne fut jamais transcendant. Départ donc pour Troyes, où les jeans des magasins d'usine gonflent ses armoires et ses deux saisons lui permettent de signer en Espagne. Le voilà à Tenerife, sur les Iles Canaries, mais sa déception en voyant le sable tout noir des ces îles volcaniques le flingue, et son seul match en 6 mois à raison de bonne volonté. Terminé les Espingouins, bonjour Dijon. En pleine Bourgogne, l'homme à la meche blanche joue 6 saisons, et devient par la suite entraîneur des féminines puis coach de la C. Mes respects m'sieur Linarès !

Le bonheur se lisait toujours sur son visage.

mardi 17 septembre 2013

Jonathan AKPOBORIE

Aujourd'hui, c'est encore un joueur d'attaque qui va nous intéresser. L'homme en question est Nigérian, et après une formation entre les Julius Berger où il rate de peu le casting de l'amour est dans le pré, et Brooklyn College, où le soccer n'était pas encore promu par un Spice boy, il débute en pro à Saarebruck. En Allemagne donc. Là où il passera toute sa carrière, très honorable, où Stuutgart sera le point culminant de ses 325 matchs pour 143 pétards claqués. De bien belles stats qui prendront fin avec une sombre histoire de traffic de gosses et d'esclavage à bord de son bateau, au Gabon. Heureusement, il est de retour dans le droit chemin, Jon' Akpoborie, car il est maintenant agent de joueur. Comment ça ils sont véreux ?

Personne pour lui dire que la taille de va pas ?

lundi 16 septembre 2013

Wynton RUFER

Aujourd'hui, quoi de plus normal que d'attaquer la semaine par un attaquant ? Mais un exotique. Car le larron nous vient tout droit de Nouvelle-Zélande, plus habitué à fournir dans l'ovalie. Après des débuts sur son île, il s'en va découvrir la verte pelouse du Royaume de sa majesté. On est en 82, il signe a Norwich, ne joue pas le moindre match, et dégage en Suisse après un bref retour en Océanie. Entre 82 et 89', il va jouer pour 3 clubs Suisses, claquer pas mal de caramels et s'attirer les faveurs du club qui fera de lui un joueur connu en Europe : le Werder Breme. 6 ans, 59 pions en 174 matchs, les larmes et le départ à JEF united chez les Japs' ! Son retour raté à Kaiserslautern en 97' le renvoie si sec chez lui. Wynton Rufer, all black tout blanc.

Kiwi pressé



vendredi 13 septembre 2013

Steeve JOSEPH-REINETTE

Aujourd'hui, un défenseur que les Foot Manager's adepte connaissent certainement. Promis à une carrière brillante lors de sa formation et ses débuts à Guingamp, il flinguera très vite se carrière en filant telle l'étoile au Cisco Roma. Après 2 saisons honorables, il tentera l'aventure de la D2 Roumaine. Chaud. Ses très rares prestations lui offrent malgré tout un contrat au Levski Sofia en 2009. Qui le prêtera vite fait bien fait dans les bas fonds des championnats Russkofs. Il est actuellement sous contrat à Sovetov, si quelqu'un veut se faire un road-trip... Steeve Joseph-Reinette et sans bavures.

L'amour Russe, sans doutes...





Merci pour la proposition, l'anonyme !!

jeudi 12 septembre 2013

Adolfo VALENCIA

Aujourd'hui, un buteur Colombien. Pas vraiment de la trempe d'un Asprilla ou Falcao, il est néanmoins pas un handicapé du ballon rond. Surnommé le Train, certainement en référence à son amour des rails (ou sa vitesse, qui sait...??), il débute dans son championnat local, claque pas mal de pépins, et s'en va découvrir les charmes de l'Allemagne post mur de Berlin en 93'. Il plante 11 caramels, s'offre le titre de champion et va gagner sa vie à Madrid, du côté de l'Atletico de Jesus Gil y Gil. Seulement, il performe franchement moins, et l'inénarrable président madrilène s'en va de sa petite phrase qui scintille : "Il faut trancher la gorge du grand noir". Cette déclaration d'amour le renvoi illico au pays, puis il revient 2 ans après pour découvrir la série A à la Reggiana. Bilan pourri. Retour en Colombie. 2 ans après, rebelotte l'europe, au Paok. Et devinez quoi ? C'est de la merde. Un soupçon de MetroStars en 2000, un enième passage à Santa Fé, une lichette de Lucheng, un zeste de Venezuela et fin du bordel. Adolfo Valencia, parce que le train n'est jamais à l'heure.

Adolfo arbore la crète, 20 ans avant...
Un visionnaire.

mardi 10 septembre 2013

Trésor KANDOL

Aujourd'hui, bonheur de buteur. Le mec est Congolais, ce qui augmente déjà sensiblement la possibilité d'un nom sympa. Il est un pur striker comme seul l'Angleterre sait les former : des sats de défenseur à la retraite, un C.V qui affiche 13 clubs différents en 14 ans, tous en dessous de la grande Premier League, et une tentative foirée en Espagne. Je vous passe donc les nom de club que seuls les afficionados de Football Manager connaissent, et vous donne simplement le bilan : 271 matchs joués, tous en Angleterre car Albacete, sa tentative Espingouine, ne lui donnera jamais la possibilité d'exprimer son immense talent enfoui. 105 pétard tout de même. On a vu pire. A noter sa mono sélection, qui ne lui permettra pas de faire découvrir son fameux saut périlleux "à la Rivière" à sa nation bénie. Trésor, toutes mes Kandol -éances.

Trésor arrachait les yeux de ses adversaires.
Une belle preuve de fair-play made in England.

lundi 9 septembre 2013

Alors cet été ?

Bonjour les amis ! J'espère que l'été c'est bien passé pour vous, que le mercato vous a émerveillé (seulement si vous êtes Monégasque ou Parisien, hein...) et que vous aimé toujours votre équipe malgré son discours "c'est la crise, on a pas de pognon".

Par ailleurs, si quelqu'un peut m'adresser un p'tit mot pour m'expliquer pour quelle raison, si ce n'est pour lui dédié un article sur ce site, l'OM a signé Saber Khalifa ?

On repart donc pour une saison pleine d 'espoirs déchus, de futurs Zizou en puissance, de futur Meriem en puissance, de maillots dégueus, de clashs de joueurs, de punchlines de JMA ou autres Triaud, et de quelques folies au mercatos d'hiver.

Merci à vous tous qui suivez ce blog qui n'a pas d'autre but que de vous faire un peu oublier que votre équipe n'a pas gagné son dernier match, que Thiago Silva et ses 10 millions d'euros par an refuse le Barça car il a "une famille a nourrir" et que nous, pauvres supporters, on cravache dur pour se payer un abonnement et voir des mecs couiner pour une double prime après une victoire à l'arrachée sur Louhans-Cuiseaux au premier tour de la coupe de France.

Et ça c'est pour vous rappeler comment c'est de voir Benz'
scorer un pion... Et Nasri sourir...


lundi 8 juillet 2013

On se retrouve à la Rentrée !

A vous chers lecteurs,

nous traversons une période de mercato qui devrait une saison de plus nous apporter son lot de transferts foireux, de bide monumentale, de blague footballistique ou encore de retours ratés. Pour ces raisons, et aussi par manque cruel de timing, on se retrouve à la rentrée pour attaquer tambour battant la 3ème saison de ce  blog déjà culte (selon moi et sans aucune objectivité).

Je vous gâterai peut-être bien d'un ou deux footeux durant Juillet / août.

En attendant, je vous souhaite de bonnes vacances, et si l'envie vous prend, vous me balancez vos bonhomme et/ou l'article et je le soumettrai au rédacteur en chef qui n'est autre que moi :)

A plus,

¨Pour se rappeler qu'il ne faut pas toujours
 croire ce que dit L'équipe...

lundi 1 juillet 2013

RUI PATACA

Aujourd'hui, un attaquant Portugais !! Le mec débute dans sa D2 Portugaise, et plante régulièrement, entre 95' et 2000, pour 4 clubs différents. Tutoyant le but tous les deux matchs, il arrive plein de promesses durant cet hiver 2000 du côté de la Mosson. 3 ans 1/2 de lutte avec Montpellier, 19 patates en 82 apparitions, rien de palpitant, mais ils s'en rappellent encore  à la Paillade. 2004, c'est l'heure du départ. Le voilà qui signe dans le seul club Portugais qui joue en France. A Créteil, entre Lusitanos, il plante 24 pions en quasi 100 matchs. Il stoppe tout en 2009, et se reconvertit en carreleur pour Gedimat. Non j'déconne. Rui Pataca, t'as qu'a pas.

Toifilou est un escroc. Et Patati, et Pataca...

vendredi 28 juin 2013

Pereira Da Silva EVERSON

Aujourd'hui, un milieu defensif Brésilien jamais top, toujours moyennasse. Des débuts en 95' au pays, entre la Parana et America, il s'exporte en Suisse au Servette en 97'. 6 matchs seulement, un transfert en Belgique, 2 ans a bouffer des frites, puis 3 clubs Allemands entre 99' et 02'. Puis arrive l'OGC Nice, pour qui il joue 61 matchs en 2 ans, se fait repérer par Benfica, joue 1 seul match pour les Lisboètes, se blesse salement, file en Suisse, se reblesse salement, va rejoindre Gernot Rohr à Sahel, puis connait la relégation en 3.Liga Allemande et se finit à Gueugnon sous Vairelles. Costaud. Everson mais décroche pas.

Everson ferme la parenthèse.

mercredi 26 juin 2013

Nicolas SAHNOUN

Aujourd'hui, on braque les projos sur un Bordelais pur souche. Après avoir fini sa formation sur un championnat U17, voilà le milieu de terrain qui est prêté à Fulham en début d'année 2001, sous la houlette de Jean Tigana. Il joue un peu, n'est pas vraiment décisif malgré le titre de champion de D2 Brittish. Pas grave, on le re-prête à Ajaccio, sous Courbis. Il jouera 15 matchs, ne sera pas top, mais revient dans la peau d'un sérial joueur à Bordeaux. 02-03', il joue 26 matchs avec les Girondins, est pas trop mal, mais perd place et honneur à l'arrivée de Pavon en 03'. Bonjour banc de touche, tribunes, et tristesse. Fin de l'aventure en Aquitaine. Une saison à Almeria en D2, un retour en France entre Brest, Dijon et Montpellier, des prestations qui frôlent le néant, un prêt foireux à Ferrol et l'inévitable : le contrat amateur à Cap-ferret, où il est aujourd'hui directeur sportif. Nicolas Sahnoun étonne pas.
Et pour toute commande, recevez en
cadeau le porte-clefs Moussa Maazou


mardi 25 juin 2013

Ghislain ANSELMINI

Aujourd'hui, sur demande, et aussi parce qu'on en parle ces derniers jours, voici un bonhomme qui a comme qui dirait foiré sa reconversion. Le mec est défenseur, et débute à l'OL, en 91'. Il restera 7 ans au club, partant juste avant la conquête des titres en tout genre et de la période glorieuse de Lyon. Mais ce n'est pas dû au hasard... En effet, à peine une centaine de matchs en 7 années, c'est signe d'un joli statut de remplaçant, voir pire... Qu'à cela ne tienne, il s'en va tenter sa chance en Bretagne, mais c'est pas terrible du côté de Guingamp, puis se pointe à Creteil, pour s'y finir tranquille. On est alors en 2002. Et v'la ti pas qu'on reparle du garçon le 19 juin, en apprenant son incarcération pour "tentative d'enlèvement et de vol" sur son ex-poto Fabrice Fiorèse, tripoteur de gonfle devant l'éternel. C'est pas beau ça ? Merci Ghislain Anselmini.

Fabrice et Ghislain, sont deux bons amis,
Ghislain et Fabrice à jamais réunis !!

jeudi 20 juin 2013

Jovan KIROVSKI

Aujourd'hui, comme son nom ne l'indique pas, on va vers les States. Notre homme, né en Californie d'immigrés Macédoniens est formé à Manchester United, jusqu'en 96'. Malheureusement, Sir Alex lui fait comprendre que l'herbe est plus verte ailleurs. Il file à Dortmund,  y reste jusqu'en 2000, entrecoupé d'un prêt d'an un à Koln, joue 20 matchs, plante un pion. Problème : le Ricain est attaquant. Ca la fout mal...
Le Sporting tente le coup en 2000, mais les 5 matchs joués ne changent pas la donne. Direction Palace, et là, c'est fiesta : 5 caramels dans la même saison, du jamais vu. Après un passage de deux ans sans reliefs (2 pétards), il rejoint la toute puissance Amerloke aux Galaxy. 12 pruneaux pour 48 matchs, record explosé. Suivront des trades aux Rapids, à San José, puis retour aux Galaxy. Comme les States ne sont pas franchement pourvus en serial buteur, vous ne serez pas étonné de ses 62 capes ! Jovan Kirovski à Los Angeles, sans la neige.

Carrément collector. Sans bras qui plus est.

mercredi 19 juin 2013

Nenad GROZDIC

Aujourd'hui, vous l'avez compris, on tape dans le Yougos. Le bonhomme est milieu de terrain, et après avoir écumé 4 clubs Serbes pas connus, hormis peut-être Obilic, il s'engage en 99' à Vitesse Arnhem. 1 saison à 29 matchs pour 1 pion, et le voilà qui signe au RC Lens. Mais l'indigestion de fricadelles ne lui permet de jouer qu'une dizaine de matchs, et le voilà prêté en Espagne, à Ferrol.  Entre 2002 et 2004, il se fait deux piges au pays, se tente la Turquie via Bursaspor, mais ses seuls 6 mois suffiront à l'envoyer paître du côté de l'Autriche. Il s'embarque alors dans un road-trip bas de gamme qui le verra revêtir 4 maillots différents en 3 ans et demi. Nenad Grozdic, pas monté comme un âne.(jeu de mots fin et délicat sponsorisé par Mr Bigard)

Nenad s'auto-tacle.
Bravo.



lundi 17 juin 2013

Youssef SOFIANE

Aujourd'hui, un buteur devant l'éternel. Mais pas devant le but... Français, il est formé à l'AJA, qui ne parvient pas à le conserver face à la concurrence de West Ham. 2002, le voilà qui s'engage pour les hammers, à 18 piges, pour sa première expérience pro. Deux destins possibles, donc : il joue, devient une perle, et signe rapidement dans un grand club. Ou, il ne joue pas, est prêté à droite à gauche, et sa carrière est morte née. Et devinez quelle voie il choisi ? Après un seul match pro en 2 ans, il est prêté à Lille, en 04', puis Notts county, puis Roda. 05', fin de son contrat à West Ham, 3 prêts, 11 matchs joués, pas un seul pion. Il va enchaîner 4 clubs en 4 ans, Coventry, La Louvière, Siegen et Lesquin. Problème de taille : on est en 2008, il a 6 ans de professionnalisme derrière lui, il joue buteur, et n'a toujours pas scoré la moindre cacahuète. Il signe pour Lille B en 08', marque quelques pions, et joue un match avec les pros du Nord, toujours sans but. En 09', son passage à Tournai est gage d'espoir : 20 matchs, 1 but. Oui, premier but pro à 26 ans, dans son 10 eme club. Mieux vaut tard que jamais. Après avoir tenté sa chance à Setif et Alger, il est aujourd'hui sans club. Si un club cherche un buteur qui ne marque pas, c'est le moment, Youssef Sofiane est libre !

Youssef qui tente de mettre un but au monde

jeudi 13 juin 2013

Dur Dur...

Aujourd'hui, des excuses !!! Vous l'avez compris, les temps sont durs car le temps manque. Alors en attendant un prochain vieux footeux qui pointera son nez ou son pied carré, profitez-en pour suivre avec ferveur le marché des transferts. C'est durant cette période de dépenses à outrance (pour les riches, hein !) que se façonne les futurs joyaux qui se verront offrir un article sur ce site-hommage. (Ah ah ah).


Parce qu'on fait tous des erreurs...

jeudi 6 juin 2013

Piotr WLODARCZYK

Aujourd'hui, un buteur Polonais. On surf bien entendu sur la hype Lewandowski pour se remémorer se bonhomme, qui va commencer sa carrière par des aller - retour entre le Legia et Ruch. En 2001, après 131 matchs et 36 buts dans le championnat Polonais, soit un ratio de 0,27 à faire pâlir d'envie un milieu défensif remplaçant, il est contacté et transféré à Auxerre, toujours à l'affût d'un plan foireux. Et c'est tout naturellement que l'ami de la vodka se fait  7 matchs en Bourgogne, ne marque pas une seule sacoche, et retourne fissa sur ses terres. Il enchaînera 3 clubs Polak avant une aventure tout en ouzo du côté de la Grèce et de la Crète. Bonheur. Il se finira dans les entrailles du foot Polonais. Wlodarczyk, en Piotr apparente.

Tout le mystère est de savoir ce qu'ils font de leur main droite....
Piotr est le 2eme en partant du fond.

mardi 4 juin 2013

Armand ONE

Aujourd'hui, ce n'est pas l'élu, mais on touche quand même à un gros poisson. Parisien formé à Nantes, il quitte le centre en 01' pour la prestigieuse 4ème div anglaise. Premier coup de chapeau. Ce grand buteur (de par son metre 93, hein) fait une saison titulaire, claque 4 pions, est prêté encore plus bas, puis se lance dans un inexorable road-trip entre le cinquième échelon anglais et la deuxième division Ecossaise. Entrecoupé d'un passage furtif à Turku, en Finlande. Sa meilleure saison sera ponctuée de 17 caramels. Une seule fois. Sa moyenne tournant plus à 4 pétard à l'année. Armand Oné pas Ronaldo qui veut.

Vous l'avez compris, Armand est "puissant"...

lundi 3 juin 2013

Claude GNAKPA

Aujourd'hui, c'est sur un Frenchie qu'on se penche. Né à Marseille, il débute entre Marignane et Baucaire puis, en 03', se voit proposer d'intégrer la B de Santander. Il touche alors du doigt le professionnalisme. Deux saisons à 35 matchs -en tout-, des stats de défenseur. Problème : il est attaquant, voir ailier. Ce qui n'arrange pas son cas sur les vertes plaines de Santander. Il trouve quand même une porte de sortie à Alaves. En B, toujours. Mais son aventure Basque ne durera qu'une saison, les dirigeants en ayant déjà plein les bask-ets. (Pause fou rire). 2006, l'heure est venue d'aller voir du pays. Il se retrouve en Suisse, joue 4 miséreux matchs, file en Angleterre, à Swindon, ne joue pas, entame un tour des bas fonds Anglais, se stabilise 3 ans à Luton, puis joue depuis 2012 à Al-minaa, en Irak. Oui oui. Claude Gnakpa vraiment de talent.

Claude à frôlé la mort par étouffement.







Encore merci pour toutes vos propositions !!!!

vendredi 31 mai 2013

Jean-Yves ANIS

Aujourd'hui, penchons sur un défenseur. Royalement proposé par un internaute anonyme, notre ami est formé à Rennes, école réputée de notre championnat. Entre 98' et 2001, il est donc en apprentissage, puis fait l'erreur de beaucoup : il saute sur la première proposition juteuse. Coup de bol, c'est à Chelsea qu'il atterrit. Mais au risque d'en étonner plus d'un, je vais vous avouer une chose : il n'a jamais joué un match avec les blues. Curieux, non ? Mais pas de panique. Il s'échappe à Patrick Thistle en 03', pour enfin savoir ce qu'est un match de pro. Après 40 matchs ternes en 2 saisons, il s'en va à Ayr United. Vous l'avez compris, quand on commence à écumer les bas fonds Ecossais, c'est soit qu'on aime la Guinness à outrance, soit que la carrière à pris un sacré coup derrière la nuque. Toujours est-il qu'en plus, son aventure à Ayr est foireuse, et sa signature à Clyde en 06' n'arrange rien. Porté disparu depuis. Jean-Yves Anis, Ricard / binouze.

United color of Benetton.












Merci à toi l'anonyme ! Une bien belle trouvaille ! Donc soi tu es Écossais, soi tu as fait une partie avec un de ces clubs sur FM....

mercredi 29 mai 2013

Nikola JOZIC

Aujourd'hui, un bûcheron serbe. Né en Allemagne, formé dans divers clubs de l'Ouest, et positionné en défense, il fait flipper les attaquants avec son physique de déménageur breton. Non conservé par son ultime club formateur, l'Eintracht Frankfort, il vient saccager les tibias en France, du côté d'Auxerre. C'est Guy Roux, en fin limier, qui le signe et lui confit la défense de la cage Bourguignonne.  60 matchs en 2 ans et demi, 5 caramels et une vingtaine de blessures infligées entre matchs et entrainement. Ce sera curieusement le meilleur club qu'il ai jamais connu. Il va ensuite errer en Allemagne, dans des clubs inconnus et imprononçables, puis tentera la Bosnie, la Turquie, et même la Roumanie. Sans succès. Mais avec des tacles au niveau des joues... Nikola Jozic, viandard.

Nikola, accueillant.


lundi 27 mai 2013

Lucas PEREIRA

Aujourd'hui, un striker. Brasilou de son état, il débute a Ponte Preta, et file dès que l'occase se présente -contrairement à ses actions sur le pré- en Europe. Le voilà à Ajaccio. Au milieu d'une armada de mercenaires Sud Américains, il réalise deux saisons correctes ponctuées de 16 pions, même si son irrégularité flagrante agace. Quand Ajaccio descend, il se barre fissa, barroude au Portugal et au Brésil, et revient la queue basse a Ajaccio en 2007. Ce deuxième passage est encore plus foireux, et l'amoureux des filoches se voit conduire dans un avion direction le Brésil, puis très vite la Corée. Vous l'avez compris, c'est déjà la fin pour notre ami, qui errera plusieurs années entre le Qatar, le Brésil, la Grèce avant de retourner se finir sur ses terres. Lucas Pereira le bol.

Lucas pose avec un gringalet.
Qu'il dévorera quelques minutes après.

jeudi 23 mai 2013

Edson DE FARIA

Aujourd'hui, un milieu / buteur Brésilien. Après ses débuts dans différents clubs anonymes du pays des strings, il signe en 99' à l'America, grand club Mexicain. Une seule saison entre banc de touche, tortillas au cheddar, et quelques buts. Pas suffisant pour rester, il va alors errer dans deux autres clubs du pays, avant le grand saut. En effet, en 04', il est embauché par Ajaccio, avide de Brésiliens en tout genre, histoire de tenter l'alchimie Sud Américaine. Et c'est en vrai brésilien des bas fonds qu'il va apporter sa pierre à l'édifice. A savoir nonchalance, manque de réalisme, j'menfoutisme et maladresse. Après 5 miséreux pions en 2 saisons, il est renvoyé au Brésil, puis entame un périple sans queue ni tête qui le mènera au Portugal, en Iran, en Grèce, pour se finir dans son pays, pépère. Edson de Faria, quand il régale pas au foot, il régale de ses mariages ratés !

Il a même changer de surnom pour ne pas
être reconnu. Mais ses cheveux gominés l'ont trahit...

mercredi 22 mai 2013

??? DEVINETTE ???

Aujourd'hui, devinette. Je suis un footeux Suisse, j'ai joué de 90' à 2001 dans mon pays entre Lugano et les Grasshopper. On m'a prêté durant cette période en Espagne, a Estrémadure, puis en Italie, à Cagliari. Je suis finalement acheté par un club Français, qui préfère jouer dans un chaudron que dans un stade. N'ayant pas vraiment de ressemblance avec une louche, je fuis ces vertes contrées pour revenir sur mes terres, à Bâle. Malgré un petit passage bonus chez les ritals, à Varese, je me finirai pénard là où tout à commencer, Lugano. Je précise par ailleurs, que je n'ai jamais marqué l'histoire d'un de mes clubs, et que mes trois sélections étaient surtout dues aux blessures des meilleurs. Qui suis-je ?


Envoyé vos réponses par bulletin de jeu avec un chèque de
150 € à l'ordre de moi.

Le tirage au sort aura lieu pour savoir qui remporte la surprise vraiment trop génial sponsorisée par
les loosers de l'As Nancy Lorraine. 

mardi 21 mai 2013

Mickaël DOGBE

Aujourd'hui, un attaquant. Français, il va très vite joué de ses origines pour taper à la porte de la sélection Togolaise, sentant bien que le niveau requis pour la France A est carrément inatteignable. Il débute donc a Grenoble, en 2000, et ses 26 goals en 65 apparitions lui permettent de filer chez les voisins verts du 42. 2 ans, 44 matchs et 4 buts. Magnifique. Les Stéphanois veulent donc refourguer leur plaie, et c'est Rouen, enlisé dans les bas fonds, qui fait office de pigeon. 1 année pleine, soit 4 pions, et le voilà tricard au sein de notre beau pays. Il dégage fissa, et enfile un maillot des Emirats Arabes Unis, le Bani Yas. Puis un autre, à Dubaï. En 2008, il tente bien un retour en France, mais Boulogne n'est pas friand de son talent caché. 4 petits matchs sans finitions et puis s'en va. Il se lance alors dans une aventure en Egypte, et revient la queue basse en 2011 entre Fleury-Merogis et Linas où il sévit encore... Mickaël sans Dogbé -néfices.

Un épervier qui a repéré sa proie.
Le hot-dog d'un supporter...

vendredi 17 mai 2013

Emra TAHIROVIC

Aujourd'hui, on se penche sur une belle brêle comme on les aime. Né a Sarajevo, il s'installe très tôt avec la famille en Suède, guerre oblige. On ne peut alors que penser à un destin à la Zlatan. Mais hormis le fait que notre bonhomme joue aussi sur le front de l'attaque, il n'y a pas de comparaison possible. Car ses débuts sont très peunots, entre Orebro et Halmstad, où il compile 11 pions en 3 ans. Mais en 2007, Lille se fait avoir. Et ses matchs dans le Nord se compte sur les doigts de la main d'un lépreux. Aucun but plus tard, il est prêté à Zurich qui malgré ses 2 miséreux buts en 16 matchs achète l'imposture. Il est encore sous contrat avec les Suisses, qui l'a déjà prêté 3 fois sans succès. Bon, il a 25 ans, tout espoir n'est pas encore perdu. Mais ça sent le roussi pour toucher le million par mois, Emra Tahirovic...

A défaut de marquer, Emra pense. Trop.







Un grand merci à l'Anonyme pour ses propositions !!

mercredi 15 mai 2013

Olivier MAKOR

Aujourd'hui, Libérien. Le mec est milieu de terrain, et après son passage chez les Black Stars Libériennes atterrit au Nigéria. 1 saison au Julius Berger, suivi d'une saison au Cameroun, au Canon. En 94', le voilà qui goûte enfin à l'Europe. Et c'est à Grenoble qu'il pose ses valoches. Pas la destination la plus sex du foot Frenchie, mais ses 2 saisons lui ouvre les porte de Tours. Puis Limoges, en 97'. en 1999, il comprend qu'il n'a pas d'avenir dans le pays champion du monde. Il file en Grèce, bouffe de la feta à outrance, se fait 2 clubs moisis avant de rester 7 ans à Ionikos. 2009, 10 ans après son arrivée sur les terres Hellènes, il se découvre une nouvelle passion pour l'Indonésie. 2 clubs depuis 2010, malgré ses 39 printemps bien tassés... Olivier Makor mineur.

Il y a un intrus sur la photo.
Sauras-tu deviner qui est Olivier ?

mardi 14 mai 2013

Rodrigo Fernandes Alflen RODRIGAO

Aujourd'hui, on se penche sur une des trouvailles du staff Stéphanois. On est en 2001, et les Verts recrute un mec qui tarif 14 buts depuis 2 saisons et ses débuts au pays de la samba. Le voilà à la pointe de l'attaque d'un club de Ligue 1. Mais, n'en déplaise à Brandao, le mec est plutôt "pauvre", pour ne pas dire nul a chier. Son excuse de la pubalgie qu'il traîne n'y changera rien. Au bout de 7 matchs farces, il dégage, vagabonde de prêts en prêts au gré du vent, et fini par trouver un club pour l'acheter. A Santo André, on croit en lui, et il le rend bien. 5 pions en 6 matchs, et vite, on revend. Paranaense se fait avoir. Le prête au gré du vent (bis). En plus, il se colle une Hepatite. Après un bref passage raté au Mexique, il revient au Brésil et Santo André, sans la réussite qu'on lui a connu. Le vent a du tourner... Rodrigao, girouette.

Rodrigao
Dreamcast
Géant
Une triplette perdante.

mercredi 8 mai 2013

Devinez quoi ??

C'EST LES VACANCES !!!

Alors pas de posts !!

Mais ca va revenir vite !!

En attendant, voilà une vidéo pour ceux qui ne l'ont pas vu.

Continuez à m'envoyer vos propositions de footeux en carton, régalez-vous avec des déclarations hilarantes de Leonardo, avec des mensonges gros comme le melon de Royston Drenthe de nos politiciens, et avec la vision totalement obstruée par les billets verts de la corruption de Michel "pas de video" Platini.

Et n'oubliez pas : "Football is a simple game; 22 men chase a ball for 90 minutes and at the end, the Germans win." 

Gary Lineker ne croyait pas si bien dire...


mardi 30 avril 2013

Bruce IKANGO

Aujourd'hui, un Français. D'origine Congolaise, il se forme à Cannes, au poste d'attaquant penchant à droite. Après 3 ans, en 2003, ne voyant pas en lui la futur star interplanétaire qui fera monter l'AS Cannes, il est refourgué à Xamax. Une belle saison blanche plus tard, il joue a Angers, puis au RCF Paris en prêt. On est en 2006, et à 22 ans et après 4 clubs, on est toujours loin d'entrevoir une belle carrière. Suivront ensuite Poitiers, Cherbourg et le Red Star. 2010 marque le tournant : il quitte la France, et rejoint Gillingham, en 3eme div' Anglaise. Bon, 5 matchs, pas un pion, et il dégage, et le voilà qui joue pour un club Albanais ! La meilleur saison de sa carrière en plus ! Ce qui lui ouvre la voie royale de l'Otelul Galati. Mais pour 6 petits mois, étant "coupé" en janvier. Pour mieux rebondir aux Cherno More. Bruce Ikango go danceur.

Un mythe s’effondre...

jeudi 25 avril 2013

Jeremiah WHITE

Aujourd'hui, on poursuit sur le thème cher à la famille Vairelles : Gueugnon. Car le mec du jour, ailier droit Ricain, qui a fait ses classes dans son pays natal, se voit ouvrir les portes du foot européen par le club de l'OFK Belgrade. Bon. Aucune apparition pour  le club. Il file alors à Panserraikos, en Grèce, à 21 ans. Ça sent déjà pas super bon. Après 8 malheureux matchs, c'est le moment que choisi Gueugnon pour entrer en scène et signer le jeune loup. 2 années en Bourgogne, 25 apparitions et 7 pralines plus tard, il est temps d'aller brouter l'herbe ailleurs. Le voilà au Danemark, pour 2 ans. Il suit son bonhomme de chemin en 2010 en signant à Ettifaq en Arabie Saoudite, pays mondialement reconnu pour aimer les ricains à la folie. 12 matchs seront nécessaires pour accepter de bouger, et d'immigrer en Pologne. A Belchatow. 3 matchs. Ouch. Puis un contrat de 3 mois en MLS. N'oublions pas sa mono sélection Américaine. Jeremiah White, noir c'est noir.

J. White est black.
Et visiblement, les Polonais de Belchatow n'ont pas prévu le coup...

mercredi 24 avril 2013

Fritz EMERAN

Aujourd'hui, c'est un défenseur né en Guadeloupe, International Rwandais à 6 reprises, qui nous intéresse. On voit déjà la patte de l'imposture. Formé entre Monaco et Rennes, 2 Centres de formation réputés, il galère malgré tout et après des débuts semi-pro à St Leu, le voilà qui débarque à Malines en 99'. Une saison, puis il rejoint Genk, on pense alors que sa carrière est bien lancée. Raté. Suivront Sittard pendant 2 ans, et le grand saut : Gueugnon. 2 ans chez les Jaune et bleu, puis retour en Belgique, entre Brussels et Louvière. Il joue a chaque fois assez régulièrement, délivre des crampons dans les tendons et des genous dans les hanches adverses, en filou. Il se décidera à rejoindre la Grèce en 06', entre tripolis et Levadiakos, avant de boucler la boucle à St leu. Puis finalement revenir à St Gratien, en banlieue Parisienne. Fritz Emeran, parce qu'en Belgique y'en à plein...

L'abus de Fritz-mayo est dangereux pour la santé.

lundi 22 avril 2013

Nicolas DIEZ

Aujourd'hui, égayons notre journée avec un ailier Argentin. Débuts pro aux Argentinos Junior, il pend la direction du Racing club en 96'. Il y reste 5 ans, joue à peine 25 matchs, est prêté un an à Ferro Carril, et débarque, en 2001, à Gueugnon. Faut dire que le mec à empoché en 97' la coupe du monde des jeunes. Le voilà donc chez les forgerons, tout récent vainqueur de la coupe de la ligue. 2 ans en Bourgogne, une trentaine de matchs, 1 but, aucune influence, vol low-cost pour la D2 Colombienne. En 2004, malgré tous ces errements, il signe a Everton. Pas en Angleterre hein, en Argentine. Suivrons des clubs Argentins, Venezueliens et Chiliens. Nicolas Diez, pas dans le onze.

Les ravages du Crystal...

vendredi 19 avril 2013

Awudu ISSAKA

Aujourd'hui, on jette notre regard vicieux sur une ex-futur perle du ballon rond. Le mec est Ghanéen, et il évolue à ce fameux poste de numéro 10, le "playmaker". Comme tout espoir Africain qui se respecte, il file très tôt en Europe, rejoint Anderlecht en 95', alors à peine âgé de 16 ans. Et ce grâce un titre de champion du monde des U-17. De la réserve Belge, il va filer à la réserve Bourguignonne en 96', où l'ami Guy voit en lui un futur crack. Bon, 2 années après sont arrivée, force est de constater que le jeunot n'a pas fait un match en pro et est aux abonné absents. Qu'a cela ne tienne, il va découvrir son 3ème pays européen, à Munich. Au 1860. 99', après un an de réserve, il fait enfin son premier match pro. Lancé, se dit-on. Pas vraiment... Il ne regoûtera plus jamais aux joies du professionnalisme Européen et finira sa carrière d'imposteur dans différents clubs Ghanéen. Notez qu'aujourd'hui, il évolué au Marcel Dessailly FC. Un hasard ? Awudu Issaka, ilaka être bon.

Même le papier n'en veut plus...

mercredi 17 avril 2013

Dorde TOMIC

Aujourd'hui, c'est un milieu Serbe qui nous fait rêver. Formé au Partizan, il découvre le haut niveau à Kula en Serbie avant d'immigrer en 94' en France. C'est dans la Bretagne pluvieuse de Guingamp que notre ami ne fera que 12 malheureuses apparitions. Avant qu'un club Espagnol ne le fasse signer. L'Atletico Madrid. Mais hormis coudre des matelas a plein temps, on ne comprend pas trop l'intérêt de son passage a Madrid. Les dirigeants non plus d'ailleurs, puisqu'au bout de trois matchs, il l'envoie croupir en réserve. Un retour au Partizan en 98', puis pour le passage dans le nouveau millénaire, il s'engage pour Oviedo. 3 saisons mi-putes mi-soumises et le voilà à Incheon, en Corée, pour un championnat plus en adéquation avec son niveau. A noter sa mono sélection Serbe. Dorde Tomic de pain.

Le pendant Serbe de Sochaux.

mardi 16 avril 2013

Samba N'DIAYE

Aujourd'hui, on va se pencher sur un buteur. Le genre de buteur qui nous fait péter un plomb devant notre télé, et qui nous fait gueuler que l'on est pas plus mauvais que lui. Ce mec, né à Dakar, se forme à Anderlecht avant de filer à Metz, puis Beauvais, où il découvre les matchs des "grands". On est en 91', 1 saison suffira à l'envoyer à Lille, puis Metz de nouveau, pendant 3 ans. 64 matchs, 3 buts, c'est assez pour le dégager fissa. Il échoue à Sainté, fait la meilleure saison de sa carrière, 19 pions sur 41 présences. Il file à Nantes, retombe dans ses travers, revient chez les verts, est encore plus nul, alors il retourne à Nantes. Ces aller retour sur 2 ans lui permettent de scorer la bagatelle de 0 but. Joli coup ! Il va ensuite trainer son spleen de Amiens à Ajaccio en passant par les chamois de Niort. Un bref passage à Al-Nasr, puis fin de la blague. Samba N'diaye, c'est pas le carnaval.

Il fut un temps, Nantes était un grand de France.
Et recrutait des types qui allait causer sa perte.

samedi 6 avril 2013

C'est la Galère !

Un p'tit mot pour vous, les millions de fans du blog. Voir dizaines de millions. Je file en séminaire toute la semaine prochaine et ça va être dur dur d'accoucher de footeux.

Je ferai de mon mieux. En attendant, vous avez tout le loisir de vous refarcir les quelques 590 mecs du site.
Et les ré-écrire. A l'envers. En latin.

Et si vous en avez pas encore assez, et bien envoyez des messages, des mails, gueulez, faites des manifs, écrivez au Président. Et ayez toujours un coin de l'oeil sur un footeux aux piètres performances... ;)


Et n'oubliez pas de pisser dans un flacon,
c'est pour le doping !

vendredi 5 avril 2013

Adrian MIHALCEA

Aujourd'hui, c'est du costaud. On fait dans le Roumain. Il n'est pas question de métro ou de jeunes mineures, mais bien d'un buteur formé sur ses terres. Il tape très vite à la porte d'un des grands du pays, le Dinamo Bucarest. 68 pétards en 164 matchs, le tout en 5 ans. Très connu pour ses prouesses sur Football manager, il s'engage en 2001 au Genoa. 2 ans, 41 matchs, 11 tristes filoches. On est loin des stats du jeu... Rien de mieux au Hellas Verone, avant un retour au Dinamo. Son retour aux sources est mauvais, il faut donc trouver une solution de replie. Ce sera la Corée. Burp. Après un bref passage à Vaslui, il enfile le maillot de Limassol, en 06'. l'Aris. Puis l'Apoel. Puis l'Aris. Puis l'énième retour dans son pays, dans différents clubs aussi imprononçables que mauvais. Pour parachever le tout, 16 capes Internationales, 0 pion. Adrian Mihalcea pas vraiment de talent...

Et il ose nous pondre une autobiographie.

jeudi 4 avril 2013

Fabijan KOMLJENOVIC

Aujourd'hui, milieu Serbe. Elevé dans le centre du Dinamo Zagreb, il ne perce jamais dans son club formateur, à la vue de sa dizaine de matchs jusqu'en 90'. Il dégage à Rijeka, où les supporters lui refile le surnom de "Caniggia de Kantrida". Bon. En 93', il tente le coup en Bundesliga, à Shalke. 2 matchs. On en dira pas plus. Il retourne dans sa contrée, et tente la Belgique en 95', à Genk. 32 matchs et 14 pions ! Assez pour décrocher un contrat à... Zagreb. Il retournera dans un sombre club Belge en 97', mais le charme n'opère plus. Après 2-3 clubs Croates, il se finira en nouilles party à Pohang. Fabijan Komljenovic, sans gêne.

Ne soyez pas gêné pour lui,
il assume totalement.

mercredi 3 avril 2013

Giorgi DEMETRADZE

Aujourd'hui, sur proposition, nous voilà devant un Soviete. Le mec, né en Géorgie, est formé dans sa contrée avant de débarquer au Dinamo Tbilisi, l'un des grands du pays, en 94'. Buteur généreux, il va planter 51 pruneaux en 67 matchs ! A 21 ans, le grand saut. Quand des clubs Néerlandais tel le PSV pari sur des jeunes Brésiliens comme Ronaldo, le Feyenoord ose le Géorgien. 8 matchs pour aucun but. C'est donc avec des nausées qu'ils refourguent le bébé à l'Alania Vladikavkaz. Et le cochon se remet à scorer comme un fou-fou. Il file alors au Dinamo, de Kiev cette fois, puis, signe, en 2001, à la Sociedad. Encore raté. Les grands championnats ne sont pas pour lui. La suite de sa carrière sera une succession de clubs tel le Lokomotiv, Vladikavkaz, Dontesk, Tel Aviv, Arsenal de Kiev et même Baku. Avec des stats à faire chouiner ses partenaires. Giorgi Demetradze, en Géorgien c'est cadeau : გიორგი დემეტრაძე.


La foule ne s'y est pas trompée...






Merci à toi San Ku Kai !! 



mardi 2 avril 2013

Nebojsa VUCICEVIC

Aujourd'hui, un Yougos. Formé à l'OFK Bekgrade, ce brésilien de l'Est, passe ensuite à l’échelon supérieur au Partizan. 5 ans, de 84' à 89', puis le départ pour l'étranger. Ce sera dans notre bon pays, en Lorraine, à Metz. Une saison merdique, où son rôle de milieu offensif ne séduit pas, et où ses moments décisifs se compte sur les doigts de la main d'un lépreux. Exit les grenats, et bonjour le soleil Espagnol à Salamanque. Encore pire. 8 petits matchs et puis s'en retourne à l'OFK. 91', la guerre se pointe, lui se barre, et pas n'importe ou. Non, le mec se tire en Corée, avant un passage à Chypre, puis en Slovénie. Il se finira en foot indoor aux States. Et depuis 2002, il est coach. Le bilan ? 14 clubs managés en 12 ans, dont du Ghanéen. Nebojsa Vucicevic à droite à gauche.

"Alors tu vois, j'avais l'arbitre en joue, avec mon
Ak-47, et quand il a sortit le carton rouge..."

jeudi 28 mars 2013

Rohan RICKETTS

Aujourd'hui, on oriente le regard vers la Perfide. A Londres, au centre de formation d'Arsenal. Gage de qualité. Sauf que, hormis les cadors qui y sorte, il y a tous les recalés. Et notre milieu offensif du jour fait partie de cette catégorie foireuse. Il file directe à Tottenham  (!!), fait 3 saisons pour 30 matchs, est décevant, connait des prêts, puis signe en 05' aux Wolves. 44 matchs, 0 pions, prêt aux QPR, puis Barnsley, et le départ pour Toronto. On est en 08', la MLS ne lui réussit pas mieux, il file donc en Hongrie. Puis à Chisnau, en Moldavie. Il reçoit une Dacia en prime. Bonheur. Mais dans le jeu, c'est toujours pas ça. 5 matchs pour ces 2 clubs plus tard, il débarque en Allemagne du fond, puis déclare très vite vouloir rejouer en Premier League. Heu... ?? C'est à dire que personne ne veut de lui. Il signe donc en Ligue Irlandaise, puis en 3eme division Anglaise, puis en Inde, et vient de poser ses valoches en Equateur. Rohan Ricketts, raté.

Rohan en Panorama. Qui nous montre
la taille de son talent.







Merci à toi l'Anonyme !!! Une belle trouvaille !!

mercredi 27 mars 2013

Marcus BENT

Aujourd'hui, nos regards se portent vers un attaquant Anglais. Alors ont brise tout de suite la glace : pas de lien avec Darren, le serial killer de Villa. Notre homme se forme à Brentford, de 95' a 98'. Il file ensuite à Crystal Palace. Bon, je vais vous épargner l'énumération des 14 clubs pour lesquels il a joué. On reviendra juste sur le fait qu'il ne côtoie que du club de seconde zone, hormis peut-être Everton entre 04' et 06', où il scorera 7 sacoches en 55 matchs. Car oui, notre buteur n'est pas un super copain des stats. Il peine à arriver aux 6 buts de moyenne par saison. Des stats qui sont plombées par ses 4 dernières saisons sur le sol British, dans 4 clubs différents, tous en prêt, pour un total aussi vide que les caisses du MUC 72... Il file donc découvrir l'étranger en Indonésie, 6 mois, avant de stopper la blague. Marcus Bent, vanne anglaise.
Signé d'un A, qui veut dire A la rue.         



.




Merci à Ted Deneu pour la proposition du bonhomme !!
Pour Martinovic, on va attendre et lui laisser une (petite) chance.
Il va bien nous dégotter un contrat en D3 Ouzbek...