Si t'aimes, Tu clics !


mardi 31 mars 2015

Pascal NOUMA

Aujourd'hui, un attaquant français. Formé au PSG dans la fin des 80's, il joue un peu avec les pros mais quitte finalement le club en 92' après 4 ans. Il rejoint le LOSC, marque 2 pauvres buts en 22 matchs, rejoint Caen, claque 7 pions en 32 matchs, et pour une raison incompréhensible, revient à Paris. On est en 94', il reste 2 ans, remporte la défunte C2, marque 10 buts en plus de 50 matchs. Suffisant pour séduire le Racing de Strasbourg, où il enchainera 2 années pour 22 pétards. En 98', il rejoint l'autre Racing, celui de Lens. Il ira 16 fois au charbon, en 46 matchs. On est en 2000, les bleus raflent l'Euro, lui s'en va découvrir la Turquie. 18 buts en 24 matchs au Besiktas, un statut de pop-star et donc 1 an plus tard, il débarque à l'OM. 1 misérable but et onze matchs dans les chaussettes, il revient au Besiktas, se fait foutre dehors quelques mois plus tard pour imitation de masturbation après un match, et fils au Quatar. Il finira en 2005 à Livingston, pour 2 matchs. Je vous passe le nombre de but... Pascal Nou-mal au foot.

La main dans le slobard pour la branlette,
ça passe pas en Turquie.





Rendons à César ce qui appartient à César :  Pascalou, suite à sa carrière de footeux, s'est lancé dans le show-biz avec plus ou moins de réussite. On le remerciera pour son apparition dans la film "Turkish Star Wars", pour sa finale dans le danse avec les stars Turque, pour son éviction de Koh-Lanta Turque pour s'être frité, et ses chansons dans The Voice sauce blanche.

Cherchez bien !


samedi 28 mars 2015

Mateja KEZMAN

Aujourd'hui, c'est un récent retraité qui à le droit à son article. Buteur racé, il m'a fait vibrer en le voyant au PSV, et j'ai cru au nouveau joyeau du foot mondial. Mais tout commence avant, dans sa Serbie natale, où il va connaitre 3 clubs d'en bas avant de claquer du pétards au Partizan. On est en 98', il n'a pas encore 20 piges et va scorer 33 caramels en 54 matchs. Il file au PSV en 2000, reste 4 saisons pour 126 pions en 171 matchs. Eblouissant, il affole les grands Européens et signe à Chelsea en 2004. Il ne le sait pas, mais c'est déjà la fin. Il va connaitre 8 clubs en 8 ans, entre l'Atletico, le Fener',  le PSG, Borisov ou South China. Jamais plus d'une dizaine de pions par saison, surtout dans les compétition secondaires. Mateja Kez-NOT-man of the match.

C'était pourtant flagrant que le maillot ne lui allait pas...

vendredi 27 mars 2015

Isaac OKORONKWO

Aujourd'hui, c'est un défenseur pour le moins bourrin qui va retenir notre attention. Bien connu des joueurs historiques de Football Manager, il était considéré en 2000 comme l'un des tous meilleurs centraux au monde (dans le jeu, hein !). Après trois clubs Nigérians entre 94' et 97', il s'engage pour Al-Rayyan. On le sent donc très impliqué dans le challenge sportif de sa carrière. Retour rapide au pays, puis il s'en va découvrir le vieux continent. Et pas n'importe ou ! Le voilà qui enfile le maillot de Tiraspol en Moldavie. 2 ans après, ce choix s'avère payant puisqu'il débarque au Shaktar Donetsk. En 2003, plusieurs clubs Allemands lui font les yeux doux, Shalke et Gladbach' entre autres. Mais le challenge sportif étant toujours une priorité toute relative, le voilà qui pose sa signature sur le contrat des Wolves, tout juste promu en Premier League et promis à la descente. Après 7 matchs dégueux, le voilà qui entame un road trip en Russie. Il stoppera en 2013 à Rostov avec 23 selections. Isaac Okoronkwo, Ok dac'

Isaac et Wagner Love. United Colors of Benetton.