Si t'aimes, Tu clics !


samedi 9 juillet 2016

Pablo BONVIN

Aujourd'hui, ce n'est pas un cubi de vinasse foireux que l'on va décortiquer, mais bel et bien un (censé) buteur Argentin. Issu de la belle ecole de Boca Junior, il joue à peine 2 matchs pro et 1 but que c'est l'emballade ! Pas le temps de tergiverser, monsieur est en avance sur son temps et file dès l'an 2000 en Angleterre. A Newcastle, là ou pluie et froid se battent en duel 11 mois de l'année. Notre Argentin s'y sent comme un poisson au Sahara. Il est vite prêté à Sheffield, mais c'est tout pareil. Il fera quand même quelques matchs, 23, pour 3 miseruex buts. Retour en Argentine, mais il est grillé. Le reste de sa carrière sera de la D2 Mexicaine, Argentine et Equatorienne. Pablo Bonvin, piquette.


On sent toute la technique d'un lendemain de cuite.

dimanche 3 juillet 2016

Chris KIWOMYA

Aujourd'hui, un attaquant Anglais. Il débute à Ipswich et entre 87' et 95', joue 225 fois pour 51 pions. Un bon ratio, surtout qu'à l'époque, il n'y avait ni Messi ni Ronaldo pour claquer 60 caramels par saison. Du coup, Arsenal flair le bon coup. Le voilà chez les Gunners, juste avant l'arrivée de papa Arsène. Et patatra. Il ne s'impose pas, est prêté au Havre, où ses 7 matchs sans buts ne font pas la diff', puis en Malaisie, c'est dire le ptentiel du gamin. Cela suffit à convaincre QPR, qui fait déjà preuve d'un sens du recrutement aiguisé... Il va quand même scorer 25 patates en 3 ans, puis fait le grand saut : le Danemark. On est en 2001, à Aalborg, il joue 4 matchs, ne marque pas, et enchaîne 2 essais non concluant dans le fond du panier Anglais. Rideau. Chris Kiwomya, vaut mieux pas.

La puissance d'une gazelle, la robustesse du papier crepon,
 la gestuelle des Daft Punk.


mercredi 15 juin 2016

Ivan PEREZ MUNOZ

Aujourd'hui, c'est de l'attaquant qu'on se farcit. Un Espagnol, qui fait ses classes chez le Real, qui connait toutes les selections de U16 à Espoirs, qui plante le but vainqueur de l'Euro Espoir 98' en finale. Un vrai bon ? Ben non... Car après sa formation, c'est la fin. Extremadura, Bordeaux, Betis, Depor, Numancia, Leganes et Girone. En tout 159 matchs en 13 ans, pour 19 malheureuses caouètes... Soit un ratio démentiel de 13 matchs par an, pour 1,5 buts. C'est le bilan d' Ivan Perez Munoz, frère d'Alfonso , et donc membre la croqueuse Family.

"Heu... Pardon... Moi je suis le comptable hein..."

lundi 13 juin 2016

ROGER Garcia Junyent

Aujourd'hui, lourd. Le mec est le dernier joueur de l'histoire de l'Ajax à porter le n°14 avant qu'il ne soit retiré. Il est aussi le seul joueur au monde à avoir scoré depuis son propre camp dans 3 matchs officiels ! Une méga star ? Une légende ? Et bien non. Il s'agit d'un footeux qui à le même nom qu'un chauffeur poids lourd des années 80, qui est régulièrement cité dans les pires milieux de l'histoire du Barça, qui a aussi pollué l'Espanyol, pour resté planqué dans sa ville, Villareal et l'Ajax, où ses 11 matchs prouvent qu'il a du se perdre en vélo dans les ruelles d'Amsterdam. Il s'appelle Roger et doit certainement avoir le tatouage d'un coeur transpercé d'une flèche avec écrit "Maman". Ou peut-être "foot", pour ne pas oublier...

Oui. Au dos de ce maillot mythique était floqué ROGER.
#Grosmoustachudu26 Like this


samedi 11 juin 2016

Emile MBOUH MBOUH

Aujourd'hui, on va retourner dans les années 80. Au Cameroun, une génération dorée va casser la baraque et faire vibrer des millions d'Africains. Mais tous n'ont pas connu les grands clubs et la gloire. Notre ami, milieu de terrain de formation, débute au Havre. Mais très vite, sa carrière ca prendre des grands airs de ballades touristiques. La normandie donc, puis la Suisse, le Portugal, le Quatar, L'Arabie Saoudite, la Malaisie, la Chine et Singapour. Vous l'avez compris, c'est avant tout l'amour du ballon et du beau jeu qui ont dicté ses choix. Il empochera quand même une CAN en 88', histoire de se rappeler aux bons souvenir du pays. Emile Mbouh Mbouh en train.

Un pt'it bout d'Emile.


vendredi 10 juin 2016

Shiva Star N'ZIGOU

Aujourd'hui, on se penche sur du lourd. Le mec est Gabonnais, se fait remarquer dès ses 15 piges à Montaigu. Après une saison de feu en U15 à Angers, le voilà à Nantes en 98'. Il nous faudra attendre 2002 pour le voir enfin gambader sur les pelouses de L1. Avec son nom de DJ des bal musettes, il nous éblouit jusqu'au mercato 2005 où les Canaris le refourgue à Gueugnon, sans doute en lui faisant croire que c'est un nouveau maillot nanatais... Il evoluera ensuite 5 années durant à Reims, où c'est pas vraiment football champagne. L2, National, Luis Fernandez, tout y passe. Et notre compère reste planqué derrière le banc de touche pour garder son contrat. Sa tentative de relance dans les bas fonds Belges tourne au désastre. Le voilà reparti au Gabon, où c'est pas franchement la joie. Il arrète le massacre en 2013, et dit stop au professionalisme. Malgré ses 30 sélections et 8 filoches, on ne retient rien de Shiva Star N'zigou, si ce n'est un nom à faire pâlir Ibra.

Shiva Star N'Zigoudis...

dimanche 17 janvier 2016

RAUL Gonzalez Blanco

Aujourd'hui, c'est une sorte de jubilé / hommage à l'incarnation d'une génération de loose venue d'Espagne. Le gamin débute chez les petits à l'Atletico Madrid. Mais le fantasque Jesus Gil y Gil décide ni plus ni moins de dissoudre les catégories de jeunes en 92'. Notre gamin se retrouve donc au Real, presque par défaut. Il va surclasser les catégories jeunes, claquant des saisons à 71 patates en 33 matchs. Le 5 novembre 94', premier but en pro. Le début de la légende. Je passe rapidement son histoire d'amour avec Santiago Bernabeu, ses 323 cacahuètes, son départ en larmes pour Shalke 04 en 2010, ses passages à Al-Sadd et New York. L'autre facette du goleador, c'est la Seleccion. Une génération de looseurs, incapables d'assumer des positions de favoris, sa vautrant contre des équipes de seconde zone. Bref, on parle ici du meilleur joueur de l'histoire de l'Espagne, qui n'a pas gagner le moindre titre avec sa nation, ratant à quelques années près les heures de gloire de la génération Torres, Ramos et consors...
Raul, international remix...

Petit Raul deviendra grand.