Si t'aimes, Tu clics !


lundi 30 juillet 2012

Vacances !

Aujourd'hui, excuses ! Je n'ai pas donné de signes de vie depuis jeudi, mais je suis parti en vacances et n'avais pas de connexion potable ! Donc voilà, vacances jusqu'à fin août, peut-être que je posterai un footeux par-ci par-là.

Bonnes vacances à Vous fidèles lecteurs !

Vos vacances sont sponsorisées par APG, qui connait les congés
les mieux payés de tout l'histoire depuis 2 ans.

jeudi 26 juillet 2012

Gija GURULI

Aujourd'hui, un Soviet ! Le gaillard, né en Géorgie, se révèle au Dynamo Tbilissi, de 82' à 88', avant de filer à Guria, autre club de son pays. Mais ses stats ne sont vraiment pas affolantes pour un buteur. Après 145 matchs au total dans sa petite carrière, il en est à 27 buts. C'est pas glorieux. Retour à Tbilissi, au Tiberia, club dirigé par le Nod, friand de tiberium. Il plante 23 pions en 25 matchs, c'est donc son ticket de sortie du territoire. Le voilà en Pologne, en 90', à Katowice. 2 ans et 11 pétards plus tard, c'est le grand voyage, jusqu'au Havre. Dans le port Normand, c'est 2 saisons aussi, et 12 buts. Il passera ensuite 3 ans à Dunkerque pour les belles plages et l'eau chaude, et se finira à Calais, pour se vanter d'avoir vécu dans quasi 3 des plus belles villes de France. De toute façon, c'est ça ou la Géorgie, Gija Guruli !

C'est heureux et souriant que Gija a signé
au HAC. En plus il avait 10% de rabais chez TATI.


mercredi 25 juillet 2012

Cedric BARDON

Aujourd'hui, Lyonnais. Formé à l'OL, il n'a pas connu la période faste du club, se tirant en 98' à Rennes après 104 matchs ou bouts de matchs, et 13 malheureux buts... Dur pour un buteur. Bref, le voilà en Bretagne, où son nombre de buts sera identique, pour 70 matchs. C'est pas très bon, et c'est donc logique qu'il signe 3 ans plus tard à Guingamp, où son ratio restera quasi identique. 2005, le mec n'a plus le droit à l'erreur s'il veut connaitre une belle carrière, mais sa saison au Havre est mauvaise et il est grillé en France. Pas de panique, le Lyonnais prend un charter, débarque à Sofia, et s'enamourache avec le Levski. 3 saisons,  20 buts, toujours pareil... Une expérience en Israël, puis à Chypre, et un retour à Sofia. 2010, il fait une dernière pige à St Raphaël, pour le sportif évidemment... Cedric Bardon, pardon.

Cédric jouait dans les champs en friche.

mardi 24 juillet 2012

Nasko SIRAKOV

Aujourd'hui, Bulgare. Pas un yaourt, mais un mec qui se veut buteur, ou milieu, c'est selon. Mais qui possède le gène typique aux mecs de l'Est. Il n'est performant que dans sa ville d'adoption, Sofia. Après des début au Levski en 80', puis 2 clubs Bulgares, il revient en terre promise dès 83' pour claquer 89 pions en 131 matchs ! Gros poisson. Du coup, les grands championnats lui tendent la main, et c'est à Saragosse qu'il vient s'enterrer. 10 pétards en 41 matchs, puis 3 en 24 matchs pour l'Espanyol la saison qui suit. Dur. Du coup, rien ne vaut une remise à niveau sur ses terres. Deuxième retour au Levski, et paf ! 26 buts en 27 matchs. Les ch'tis de Lens se font avoir eux aussi, 3 goals en 11 matchs, c'est mauvais. Et devinez ou retourne le gaillard ? Le voilà déjà en train de claquer 51 patates pour 57 matchs, c'est fou dingue. Il débarque à Plovdiv, est nul, comme d'hab', et revient a Sofia, mais au Slavia. 19 buts pour la der' saison de sa vie, c'est du bonheur. Nasko Sirakov, Bulgare à toi.

Pour le stade délabré. Pour le survêt' Puma.
Pour la coupe en brosse. Et surtout, pour la croix à l'oreille.



Merci à l'Anonyme pour le proposition ! Un sacré client ! 

lundi 23 juillet 2012

Nicolas OUEDEC

Aujourd'hui, un Breton. Il n'a pas le chapeau rond -sur le terrain en tout cas- mais après ses débuts en 89' au FCNA, en devient une pièce indispensable. Il est un maillon du fameux rouage Canari qui est champion de France en 95' en restant invincible la quasi saison entière. Il est buteur, plante du goals à tout va, et s'entend à merveille avec ses potos Loko, Japhet, Karembeu et autres Pedros. Après une demi de Champion's 96' perdue face à la Juve, il décide de se barrer. C'est bien beau le jeu à la Nantaise, mais faut penser à remplir le compte en banque. On le voit signer chez les cadors, et c'est à Barcelone qu'il s'engage. Mais à l'Espanyol. C'est moins glam'. 2 saisons, 17 patates en 57 matchs, c'est moyennasse, mais assez pour le PSG. Pas encore riche comme crésus, le club de la capitale souhaite reformé le duo de choc white&black. 12 matchs, 0 but, et c'est parti pour Montpellier, qui lui tente carrément le trio Loko/Pedros/Nico. Encore raté. Après une expérience peu glorieuse en Belgique, il s’exile en Chine, devançant largement un autre Nico,  et arrête le drame en 04'. Nicolas Ouedec-rit bien le jeu à la Nantaise...

Nico ne jouait qu'en "papinade" du tibia.
Donc ses stats sont exceptionnelles...

dimanche 22 juillet 2012

Joe NAGBE

Aujourd'hui, milieu. Notre homme est Libérien, et après des débuts dans différents clubs Africains, il découvre le vieux continent en 90', à Monaco. Il arrive alors avec James Debbah. Les 2 artistes ne vont pas fair long feu dans la Principauté. Seul Mr George bénéficie des faveurs du coach. Il fuit à Epinal, et après 3 bonnes saisons, c'est côte d'azur et accent rital. A Nice, c'est même tarif. 3 années et puis s'en va. On est en 96', il a déjà 28 balais, et l'heure est venue de gagner du pognon, sans trop regarder les destinations. 1 pige a Lugano, puis un passage en Grèce, 3 clubs en 5 ans, Al-Jazeera en 02', et la cerise : 4 clubs Indonésien, pour la déconne. Liberia, seul pays Africain a avoir un ballon d'or, et terre d'impostures footballistiques grotesques, n'est-ce pas Joe Nagbe ?

Joe le Taxi.

vendredi 20 juillet 2012

Nenad BJEKOVIC Jr

Aujourd'hui, imposture. Un buteur Serbe, qui débute au Partizan, et qui est le fils de l'ancienne gloire du Gym. Marseille, en 95', croit alors tenir un sérial striker,pour épauler Tony Cascarino et porter le fameux maillot reebok, mais force est de constater qu'il fait parti de la longue liste des erreurs de casting de l'OM... 2 buts en guise de cache-misère, c'est criant de vérité, mais pas assez pour les Nantais qui tentent de le relancer. Raté bis. 1 but en 11 matchs, puis un prêt à Chateauroux, où on a dû lui faire croire qu'il serait remarqué par le Psg... Sans avoir inscrit un seul caramel à la Berrichonne, il fait son retour en 98' au Partizan, fait un passage éclair à l'AEK, puis revient illico au Partizan. 2001, l'heure est venue pour une nouvelle aventure endiablée à Sittard, club pour lequel il va scorer comme un taré 2 pétards en 14 matchs ! Wahouuou ! On devrait faire l'impasse sur ses 19 matchs sans buts pour Lommel, entre 01' et 03', qui mettent un terme définitif à sa carrière plus que foireuse... Nenad Bjekovic Jr, au nom du père.

Le père, dictateur...

...Le fils, homme de main.



jeudi 19 juillet 2012

Roman KOSECKI

Aujourd'hui, Député Polonais. Mais avant la politique, notre danseur de Polska se définissait comme attaquant. Il se fait connaitre au Legia, puis file à Istanbul, en 90'. Il plante 19 pions en 2 saisons pour Galatasaray, ce qui sera a jamais son meilleur ratio. 92', le voilà qui débarque à Osasuna, mais il n'y reste qu'une saison, puis se pose à Madrid, chez les matelassiers. 2 ans, 14 buts pour 59 matchs, c'est trop peu. Au revoir. En 95', c'est à Nantes que notre Polak vient faire parler la poudre. Mais les pétards restent toujours mouillés, et ses 2 buts font de lui un flop. Il signe à Montpellier, pour le soleil, mais pour les stats, puisqu'il plante autant de buts qu'au bord de l'Atlantique... 97', retour à Varsovie, ses petites ruelles et son ghetto juif, une saison blanche au niveau des patates, et une fin au Chicago Fire, pour le fun ! Roman n'est pas un bon Kosecki-pier.

Travolta peut trembler, Roman a la frisouille
gominée et la boucle en or...
 

mercredi 18 juillet 2012

Miklos MOLNAR

Aujourd'hui, buteur Danois. Après des débuts timides entre 87' et 90' sous deux tuniques différentes de son glacier, il débarque à Liege, chez les rouches, bien décidé à mettre tout le monde d'accord. 41 matchs pour 16 buts, 1 prêt au Servette, et le voilà qui découvre la D1 à Sainté. Une superbe saison à 2 buts le renvoi à ses cahiers, à Lyngby. 94', le voilà qui tente Francfort, et malgré une saison correcte, dégage fissa à Herfolge. Puis revient à Lyngby. Mais il en a marre des changements et des aller retour au Danemark. Alors quand il signe 3 ans à Seville, c'est pour profiter du contrat. Il jouera quand même 44 fois, plantera 16 bâtons, avant de se finir au Kansas City Wizard. Miklos Molnar, Danois mais cacahuète.

Toute langue dehors, il s’apprête à croquer dans le ballon
comme il croque les actions de but... 

mardi 17 juillet 2012

Abel XAVIER

Aujourd'hui, Portugais. Né au Mozambique, le défenseur commence en 90' à Amadora, avant de connaitre le haut niveau Luso à Benfica dès 93'. 2 années pleines, et hop, il file en série A, dans les Pouilles. Bari est un flop, une étape d'un an. Puis il rebondit à Oviedo, 2 ans, avant de renouer avec un certain standing de club, au PSV. Après la Sagres, la Serie A, la Liga et l'Eredivisie, le voilà qui découvre la Premier League dès 99'. 3 ans à Everton, un Euro entre temps, et un must : la bi-décoloration cheveux-barbe. 1 année à Liverpool, pour faire rager les fans, puis la découverte du la Superlig, merci Galatasaray, puis la Bundesliga à Hanovre. Il fera un passage éclair à la Roma puis à Middlesbrough, avant une fin aux Galaxy de Los Angeles. Abel Xavier, Fashion Football.

Au début...


A la fin...

Désolé pour le vomi sur les touches du clavier...

lundi 16 juillet 2012

Miodrag ANDELKOVIC

Aujourd'hui, on va se marrer. Un Yougos qui avait un plan de carrière aussi riche que varié, et qui à tenté de battre des records de globe-trottisme. Tout a commencé en 95', à l'OFK Belgrade. Il est buteur, marque le nombre ahurissant de 1 but en 18 match, et se fait recruter par l'Epanyol. Début du barroudage en bonne et due forme qui verra notre attaquant enfiler 26 tuniques différentes, connaitre 4 retours à l'OFK, découvrir 16 pays sur 4 continents, et se viander quasiment de partout avec notamment 11 clubs pour lesquels il n'a pas scoré le moindre pion. Pour info, son record est de 11 pétards sur une saison. Il a du faire vivre des familles entières d'agents véreux. Miodrag Andelkovic -time.

Les doigts sur la ligne, prêt pour son tour du monde.
Serbie, Espagne, Allemagne, Israel, Turquie, Brésil, Pologne, Corée, Japon, Kazakhstan, Ukraine, Emirats, Chine, Roumanie, Canada et Malte.

dimanche 15 juillet 2012

Franck RABARIVONY

Aujourd'hui, défenseur Malgache. Il débute dans les rangs de la jeunesse Auxerroise. Chapeauté par maître Roux, il va disputer 113 matchs pour l'AJA, 6 ans durant. En 98', après du trophées en pagaille, dont un fumant doublé en 96', il va découvrir le hait niveau -ah...!? non ?- le niveau de merde, à Oviedo. Joli choix de carrière. 80 matchs pour le Real du pauvre, puis découverte de la Liga Sagres à Guimaraes. 1 seule saison, avant le Grèce, chère aux joueurs sur le déclin. Xanthi le payera 1 année, avant qu'il ne s'engage pour le meilleur club de... la Réunion ! A noter qu'il est mono-sélectionné avec Madagascar. Franck Rabarivony, Rabat-joie.

Une reconversion douteuse dans le milieu du rap.
Oh qu'il est laid, le bidet.

samedi 14 juillet 2012

DONATO Gama da Silva

Aujourd'hui, un brasilou. Le mec est milieu, débute en 80', au Vasco cher à Juninho, puis s’exile en 88' du côté de l' Espagne, à l'Atletico. Bonjour matelas, rouge et blanc, et derbys enflammés. 5 années, de bons et loyaux services, et il s'engage dans le club de sa vie. Le super Depor' l'accueille et va le chérir de 93' à 2003.  303 matchs pour la Corogne, des titres de champion, des coupes, de belles victoires. Il s'en va heureux, avec la satisfaction du travail accompli. Il sera naturalisé Espagnol, dans la grande période de loose de la Roja. Donato, la derniere des tortues ninja.

C'est court. Et bedonnant. 

jeudi 12 juillet 2012

BALTAZAR Maria de Morais Junior

Aujourd'hui, buteur brésilien. Ce qui est déjà un gage de succès. Notre striker est un vieux loup, qui débute en 78' à Goianiense, puis file très vite à Gremio. Là, c'est l'explosion ! 46 cartons en 78 apparitions, le tout sur 3 ans. Puis le trou noir, entre Palmeiras, Flamengo, Botafogo, où ses stats sont équivalentes à celles d'un défenseur remplaçant. C'est le moment choisi pour découvrir l'Europe, via le Celta, en 85'. 47 buts en 92 matchs, c'est bingo. Après ces 3 belles saisons, c'est l'Atletico qui va capitaliser sur le buteur, qui va planter 53 fois en 77 présences. De très belles stats qui lui permettent de signer à... Porto, récent vainqueur de la champion's (87). Mais c'est la foirade, en cette année 90', et notre brasilou ne score que 2 petits buts. Rennes le récupère en 91', mais la magie a disparue. En 95', il s'en va découvrir le Japon après 2 années à Goias. Riz, sushis, poisson cru et fans hystériques. Terminé en 96. Baltazar, désarroi mage.

C'est sûr que de passer de la tunique de l'Atletico ou Porto
à celle de Rennes, qui oscille entre maillot d'entrainement et pyjama,
c'est pas motivant...

mercredi 11 juillet 2012

Franck FARINA

Aujourd'hui, buteur exotique. En effet, l'ami nous vient tout droit d'Australie, et ce n'est Viduka. Après des débuts fracassants dans 3 clubs de l'île aux kangourous, il vient goûter aux joies du foot Européen. Il débarque à Bruges, et il cartonne. De 88' à 91', il va scorer 43 fois en 75 matchs, rafler du titre, et devenir la coqueluche. Il est temps de partir. Bonjour Série A, mais par la petite porte, celle de Bari, au fin fond de la botte. Et c'est pas réjouissant. Notre homme ne s'adapte pas du tout au catenaccio, joue 8 petits matchs, est prêté à Notts county, mais les stats sont formelles : autant de buts pour ces 2 équipes que de bonnes prestations de Gourcuff à l'OL : Zéro, 0, nada, niet, peau de sauc'. Il se relance à Starsbourg en 92', pour 2 ans, et retrouve un peu le chemin des filoches, puis file dans le Nord, du côté de Lille, une année. Rien de transcendent, loin de là, alors il retourne sur son rocher Australien, pour se finir dans 2 clubs... Franck Farina, la série A m'a tué.

Francky avec le maillot des socceroos.
Après le match, le tapin.



Une dernière phrase pour vous dire que F. Farina est aujourd'hui sélectionneur de  la Papouasie Nouvelle Guinée.
Un coup fumant.

mardi 10 juillet 2012

Julian JOACHIM

Aujourd'hui, perle anglaise. Le bonhomme est un buteur qui sévit dès 92' à Leicester, 4 années durant. De belles prestations lui ouvrent les portent d'un club plus huppé de l'île, Villa. Le voilà buteur de la team Aston de 96 à 2001, affichant 39 pétards en 141 matchs. C'est pas mirobolant, mais il s'en contente. Malheureusement, sa carrière est déjà derrière lui, et il s'embarque dans une galère qui va le voir signer 12 contrats différents en 10 ans. C'est lourd. Tous ses clubs seront du Royaume, mais vlà' les échelons ! Hormis des passages à Coventry et Leeds, il va connaitre des Bostaon Utd, des Walsall, Thurmaston, Quorn et autre Holbeach ou encore Coalville, et j'en passe... Du vrai fond de panier... Julian Joachim, pas Ross.
Avec un maillot de foot, ou en chantant
un air de Zouk, c'est kiff-kiff...

dimanche 8 juillet 2012

Jorge Lopez Marco "TOTE"

Aujourd'hui, striker. Le mec déboule de l'école du Real, la Castilla, après avoir connu l'école de l'Atletico. Comme un certain "Raoule". Il franchit les étapes une à une. Real C, puis B en 98', pour atteindre les A dès l'année suivante. Mais à l'époque, les pros voient les stars déboulées à la pelle, et les jeunes sont priés d'aller voir si l'herbe est plus verte ailleurs. Tout comme un certain Samuel, il s'en va, d'abord en prêt, à Benfica, puis Valladolid, mais ses stats ne jouent pas franchement en sa faveur. En 03', après 3-4 bouts de matchs, il s'engage définitivement au Betis. Qui ne comptera pas plus sur lui que tous les autres clubs qui l'ont vu intégré leur effectif. Donc, tout comme plein de fausses promesses du ballon rond, il va encore se faire prêter, puis, revenir a Valladolid, puis signer à Hercules, pour ne jamais connaitre une saison un poil intéressant. Tote est bon dans le Jorge lopez Marco, sauf le foot.

C'est à se demander si l'OM n'a pas tenté une supercherie
avec le soi-disant Lucho...

samedi 7 juillet 2012

Stefan SCHWARZ

Aujourd'hui, Suédois. J'ai débuté à Malmö, et en 91', je débarque à Lisbonne, au stade de la Luz. 3 années à animer le milieu Portugais, et puis départ pour le Nord. Bonjour Arsenal, pour une seule saison, en 94'. Malgré une finale de C2, je ne convainc pas des masses le père Arsène, alors je décide de rejoindre un certain Batigol à Florence. Je fais 3 saisons, j'empoche une coupe et je m'en vais découvrir un nouveau championnat majeur, celui où l'on joue à 22h et on s'empiffre de tapas. 1 saison à Valence, une coupe. Je me finis tranquilou du côté de la pluie et des Irish à Sunderland, de 99' à 2002. Je suis Schwarz, Stefan Schwarz.
"Je fais comme mon copin Henrik, je mange de l'herbe et j'aime
 la nature et elle me le rend bien"

vendredi 6 juillet 2012

Bojan DJORDJIC

Aujourd'hui, Suédois / Serbe. C'est pas du Ikea, mais c'est du livré en kit. Le mec est ailier, et il s'impose dans son couloir gauche dès son plus jeune age du côté de Brommapojkarna. 1 an suffit à Fergie pour l'attirer dans son antre pour jeunes riches, à 18 piges. C'est bonheur pour le bambin, mais il ne confirme pas. 3 prêts, de Sheffield à Belgrade en passant par Arhus, rien n'y fait , il est nul et ne s'impose pas. Après 5 années de contrat, mais 2 bouts de matchs pour United, il se barre aux Rangers, en 04'. Une saison à 5 matchs, ya mieux pour se relancer... Il enchaîne 2 ans à Plymouth, 2 ans à Solna, dans sa Suède, puis se tire en Hongrie. 1 seule année, 7 matchs, puis Blackpool, où il ne joue pas, avant d’atterrir à Antwerp, chez nos voisins Belges. Bojan Djordjic, FM star is not a crime...

Il a même tenter l'hypnose du ballon...

jeudi 5 juillet 2012

Francisco Miguel Narváez Machón "KIKO"

Aujourd'hui, attaquant. N'en déplaise à la plupart des joueurs présents sur ce site, lui n'a connu que 3 clubs dans sa carrière. Le margoulin est Espagnol, et débute en 91' à Cadix. 2 ans plus tard, il signe dans le club de sa vie : l'Atletico de Madrid. Quasi 10 ans chez les matelassiers, 225 matchs, et 48 buts... Soit un ratio de  0,21 but par match. Avec un cycle au Vicente Calderon qui prend fin suite à la relégation. Chapeau l'artiste ! Il se fera une petite année de rab à Extremadura, sans grand succès, et raccrochera à 30 balais, en 2002. Kiko, comme son nom ne l'indique pas.

L'image est formelle : Vincent Elbaz
à été cap'tain des colchoneros.

mardi 3 juillet 2012

Perturbations...

Juste un petit mot pour dire qu'en ce moment c'est un peu coton !!

Le clampin de demain est déjà prêt !!

Je fais de mon mieux pour vous faire découvrir un croqueur de rêve par jour.


Merci encore a vous tous de me suivre !


Si quelqu'un sait ou se trouve le renard crevé que Raul
 portait sur le crâne, il le cherche partout...

Dzoni NOVAK

Aujourd'hui, milieu. Le mec est un bûcheron Slovène, et débute tout naturellement à l'Olimpija Ljubiana, où il découpe autant de tibias que de troncs. 90', bonjour Yougoslavie, au Partizan. 2 saisons, et c'est la Turquie qui l'accueille, autant pour suivre sa carrière que pour fuir la guerre. Au Fener', il ne restera qu'une saison, puis reviendra à Ljubiana 3 saisons durant. Mais il ne connait que trop bien le bruit du tibia-péroné qui craque avec l'accent tchèque. Alors il débarque en France, en 96', pour découvrir la Normandie, le calendos et sévir en L1. 3 ans dans le port, puis changement de club -et de porc-, celui des Ardennes. Sedan, son stade, son sanglier, ses couleurs vertes et rouges, 1 an seulement. Il jouera 2 and pour Unterhaching avant de  porter les couleurs de l'Olympiakos, pour 5 matchs. Dzoni Novak -ances au coin du but.

Ce poster à connu 17 années au mur du Kebab d'en bas.
Parce qu'il le vaut bien. 

lundi 2 juillet 2012

Mickaël MARSIGLIA

Aujourd'hui, gros CV. Le mec est Français, milieu def, et débute sur la croisette, en 93'. Il rejoint Strasbourg en 99', histoire de taper de la saucisse. Il n'y restera qu'un an. En effet, c'est la larme à l'oeil qu'il s'engage à l'OM, lui, l'enfant de la Ciotat. Bon, il n'y jouera que 3 matchs, sera prêté à Ferrol, sous club Espagnol, et retournera en 03' à Cannes. Pour rebouger à Cartagena en 2004, puis Clyde en Ecosse en 05'. Mais il en a marre de passer sa vie dans les transports et de jouer moins de 5 matchs par an. C'est décidé, il veut se caler. Direction Yverdon, en Suisse, pour connaitre la stabilité. Une saison à 24 matchs, un choc physique, et le naturel reprend le dessus. Bonjour Israël. Une seule saison bien sûre. Puis la legapro Italienne, à Imperia. Avant un retour à Cannes, puis un retour bis à Imperia. Mickaël Marsiglia, Ciotat Globe Trotter.

"Joue-là comme Adriano"
Celui de Marseille.

dimanche 1 juillet 2012

Anthony BAFFOE

Aujourd'hui, un défenseur. Colosse Ghanéen d'1m91, il rassure autant qu'il effraie... Fomré au GhanaDébut à Koln en Allemagne à 18 ans, 2-3 prêts pour sillonner le pays et découvrir différentes blondes, bières et femmes, avant de débarquer avec son baluchon en Lorraine, à Metz. On est en 92' quand il arrive chez les grenats, qu'il quitte après 60 matchs. D'un pas décidé, il arrive au soleil, sur la côte d'azur, à Nice, en 94'. Il va tellement s'y plaire qu'après 7 pauvres matchs, il dégage à Hong-Kong, puis Caracas. Résultat, 4 continents traversés par Anthony Baffoe, et que d'amours bafoués...

Metz misait aussi bien sur ses joueurs que
sur le côté épileptique de ses maillots.